Du TMP en ABONDANCE !!!

Résumé d'un weekend ensoleillé dans le Chablais franco-suisse

Texte : Christian JOURNIAC , Video : Jean-François SUDAN CHEVALEY

Wp 20170923 09 48 28 pro

Putain de Camion (version populaire) !!!

Annus horribilis (version de la maison WINDSOR ou SAXE-COBOURG-GOTHA pour les puristes ) !!!!

Pédibus cum jambis comme disait OVIDE dans ses « Métamorphoses » (là, j'en suis moins sur!) mais qui est la conséquence directe des deux premières citations !!!

Je m'explique, vite fait !!

 

Retour de vacances dans le LOT fin juillet, sous la pluie (alors qu'il a fait 40° à l'ombre toute la semaine). Sortie d'Aurillac, direction Clermont, et là, dans un virage que j'abordais, ma foi, très benoîtement, je couchais, avec élégance, certes, la moto dans le dit virage traîtreusement enduit d'une flaque de gas-oil  sortant tout droit du réservoir d'un camion en goguette, la dite flaque masquée par la pluie fine qui tombait.

Résultat des courses, les casques détruits, les combines de pluie en lambeaux et quelques bleus et douleurs qui se réveilleront le lendemain. Mais, par contre , la moto, elle, a continué son petit bonhomme de chemin, toute seule, couchée sur le coté gauche, sur une cinquantaine de mètres.

Il en résultera pas mal de dégâts (2900 euros à la dernière facture et je ne compte pas la valise dont le fond a été complètement limée par la glissade)

Tout ça pour vous dire qu'avoir ce genre de problème à la veille du mois d'Août c'est tout simplement attendre début septembre pour commencer les réparations !!!

D'où, vous l'aurez compris maintenant, mes trois citations du début de l'article !!

 

Tenus au courant minute par minute de ma situation, Ushe et Daniel passaient leur temps en oraisons pour que mes problèmes soient résolus pour le 23 septembre (j'avais déjà annulé la sortie dans le Piémont, fin Août ) et leurs prières eurent de l'effet puisque je récupérais ma moto une semaine avant la sortie.

Wp 20170924 08 52 19 pro

Vendredi 22 Septembre

Depuis une semaine, alors qu'il a fait un temps de chien les 10 jours précédents, la météo redevient optimiste et annonce un super week-end (comme quoi, il n'y de la chance que pour la canaille!!)

Je pars donc tranquille de Clermont, le cœur et les valises légères (pour 3 jours, je ne vais pas déménager l'armoire!!)

Autoroute jusqu'à G'nève (ou presque) puis direction la vallée d'Abondance. C'est dans ces coins que je serai rejoins par Christiane et Lulu, et nous finirons la route ensemble.

Je constate que l'automne commence à marquer son empreinte et les érables et autres bouleaux ou frênes rougissent ou jaunissent allègrement.

Arrivée à la Chapelle d'Abondance, notre destination finale et récupération des chambres.

L'hôtel est superbe. Les balcons débordent de géraniums et là je me pose la question suivante : Mais comment ils font, mais comment ils font ??? Moi, quand je mets ce genre de fleurs sur mon balcon et malgré tous les soins que je leur prodigue (engrais spécial et tout le toutim) j'ai des espèces de tigeasses toutes maigres avec 3 fleurs au bout!!! Ça m énerve, ça m'énerve !!!

Nous prenons les chambres (qui sont plutôt de petits apparts), douche et pour ma part, ballade dans le village en attendant la troupe. J'ai repéré quelques coins pour faire de jolies photos.

Le début de soirée arrive et nous nous retrouvons dans le salon réservé au pot d'accueil.

Comme je n'ai pas mangé à midi (oui, moi je ne suis pas comme certains qui passent 2h à table, moi quand je roule, je roule!), je lorgne avec envie la table d'où débordent les amuses-gueules et autres charcuteries locales. Mais comme le constatera Lulu, moi, la viande des Grisons, j'aime pas trop !!! (je crois que j'en ai mangé juste un kilo!!)

Monsieur notre président bien aimé KIM JUNG CLAUDE (Mes respects Mr le Président) après le  mot d'introduction nous présenta les petits nouveaux et notamment 3 suisses de G'nève qui n'ont pas hésité à franchir la barrière de la langue et le décalage horaire pour venir rouler avec nous et quand Rabbi Jacob il a parlé (non pardon, je voulais dire Daniel Vautrin), quand il a expliqué avec la maestria qui le caractérise la technique du tiroir, chacun a pu voir dans leurs yeux, un mélange d'admiration et de respect devant tant de clarté à expliquer une technique aussi sophistiquée. D'autant que, joignant le geste à la parole, Rabbi Jacob (non pardon, je voulais dire Daniel Vautrin), montra dans un mouvement ample et d'une certaine élégance il faut bien le reconnaître, le geste que fera USHE pour indiquer le placement de la moto le suivant. Il qualifiera d'ailleurs ce geste, à la grande joie de USHE de « geste auguste du semeur »

Je vous laisse imaginer la tête des 3 helvètes devant cette démonstration digne des grandes heures de la Comédie Française!!

Pendant ce temps, Lulu, Christiane, Zabeth, Jean Marie et moi (surtout eux!) étions en train de faire un sort aux différentes charcuteries, en se rinçant la gorge au Kir.

Repas copieux et excellent mais que j'ai eu du mal à honorer tant Lulu m'avait forcé à manger de la viande des grisons à l'apéro !!

 

 

Wp 20170922 19 32 17 pro

Il est 23h quand je vais me coucher. Demain , Daniel ouvre la route et, juste avant de m'endormir, il me revient un souvenir :

 

Il marche dans la plaine immense,

Va, viens, lance la graine au loin,

Rouvre sa main et recommence,

Et je médite, obscure témoin,

 

 Pendant que, déployant ses voiles,

L'ombre, où se mêle une rumeur,

Semble élargir jusqu'aux étoiles,

Le geste auguste du semeur.

 

Victor Hugo (extrait!)

 

Samedi 23 Septembre

Ciel dégagé, soleil en devenir et motos couvertes de rosée

Boucle  suisse  en forme de 8 autour du village  de GRUYÈRES aujourd'hui.

Et c'est parti pour environ 280km de petites routes superbes alliant le plaisir de la conduite et la vue sur les Alpes enneigées. Je mettrai, pour ma part, les poignées chauffantes au départ de la ballade, mais très vite, le soleil aidant, elles ne seront plus nécessaires. Nous allons passer à MORGINS devant le fameux carillon à cloches multiples que j'avais découvert le 23 septembre 2005 lors du TMP  du Carroz d Arraches, organisé, à l'époque par notre président en devenir (t'en souviens tu, Claude ?? A l'époque, je crois que tu roulais sur une K12LT) Nous nous étions arrêtés  pour écouter le carillon sonner « La chanson de Lara ». C'est pas une blague ;

Cette première journée m'a régalée tant par  la beauté des paysages (ah ! les chalets suisses fleuris dans leurs conques de verdure, tous tournés vers l'adret pour bénéficier de l'ensoleillement ) que par les routes sympathiques et viroleuses nous faisant passer d'une vallée à l'autre avec, en toile de fond, les Alpes et à mi-pente, les forets dont les arbres commencent à céder devant l'automne, nous gratifiant d'une jolie palette de couleurs !

Le trajet se déroule sans encombre, Ushe a maintenant le geste altier et nous sommes dans le timing après la pause café à la station de ski des Diablerets (me semble t il) jusqu'à ce que nous tombions nez à cul avec un troupeau de vaches descendant des alpages pour regagner l'étable où ces feignasses vont pouvoir passer l'hiver au chaud. Le problème, c'est que ces délicieux ruminants aiment admirer la campagne à leur rythme, en prenant toute la route et en la repeignant avec leurs bouses aussi liquides qu'odorantes. Nous avons donc suivi, sur 2 bons kilomètres, à 3 km/h environ, un véritable chemin de merde qui a bien repeint le bas des carénages, et accessoirement les bottes des pilotes contraints de temps à autre à poser le pied à terre. J'ose à peine imaginer si le pied avait glissé ……………… 

Wp 20170923 11 20 52 pro
Wp 20170923 11 18 51 pro

Nous arrivons néanmoins à Gruyères, beau village piéton et perché autour de son château. Daniel nous évite le parking payant et, débarrassé du superflu, nous prenons le petit chemin qui sent le franc suisse (et non la noisette!) pour monter en ville. Juste avant de rentrer au restau, Daniel nous indique que, au vu de l'expérience de ce matin, il annule la montée au col de Jaunpass car les troupeaux descendant de la montagne risquent de nous faire un bis repétita de ce matin sur une distance beaucoup plus longue, nous condamnant  à rentrer à l'hôtel fort tard.

Comme dans ce village, nous pouvons nous considérer au « coeur de la meule », je salive d'avance en imaginant le chariot de fromages en rentrant dans le restaurant !!!

Bien, nous allons jeter un voile pudique sur cet endroit ( que je n'ose qualifier de restaurant ) qui vend de la bouffe de cantine au prix d'un 3 étoiles. J' ai déjà mangé des salades de Mr Martinet (vous savez, le «'traiteur intraitable') qui, face à ces 3 demi feuilles de salade trempant dans une sauce industrielle, semblent être préparées par Ducasse, des rapées (c'est comme ça que cela s'appelle chez nous) qui ne ressemblent pas à une bouse séchée gratinée avec un fromage dont je me demande d'où il provenait, et je passe sur le bout de meringue recouverte d'une cuillère à soupe de crème fraîche au fond d'une coupelle, le tout arrosé d'un  château Lapompe 2017, pour,  je crois 28 euros. Les aventuriers  qui ont voulu de l'eau gazeuse ont payé la bouteille 9 euros, les prix himalayens (pour un village situé dans les Alpes, c'est un comble) du vin, ayant découragé les plus téméraires.

Allez, on oublie et on va visiter le village, par ailleurs très agréable mais dont les boutiques ne s'enrichiront pas, ce jour là, sur mon dos.

Retour aux motos, et nous repartons sous les ordres de l'ouvreur pour continuer notre ballade bucolique. Nous allons passer à Gstaad où nous aurons le plaisir de voir Johnny Hallyday en train de vidanger sa Harley.

Arrivée à Evian où Daniel nous propose un quartier libre, histoire de visiter un peu. Comme je connais et que j'ai envie de rentrer, je profite du convoi formé par quelques savoyards pour rentrer directement à l'hôtel en avionnant un peu !!!

Allez, on quitte le casque (en se frottant la tête!!) et direction la douche avant de nous retrouver, d'abord devant un petit verre (voire 2) de blanc de Savoie pour l'apéro, puis à table, où nous allons encore une fois faire bombance. Les portions sont généreuses, la charcuterie quasiment à volonté  (je reprendrai bien de ce machin sec, n'est-ce pas Zabeth!), comme le fromage et comme l'omelette norvégienne !! Ah, un repas comme ça nous fait oublier la purge qui fut servie à midi.

Chapeau aux organisateurs d'avoir trouvé un hôtel/restaurant aussi excellent avec, qui plus est, un personnel hyper sympathique.

Jean Michel Castelnau, en tant qu'ouvreur du lendemain nous fait un briefing pour la journée qui nous attend. Ushe, quant à elle, explique à Marie José (maintenant qu'elle le maîtrise!) le geste auguste du semeur. Nous restons en France et nous aurons droit, pour ceux qui le souhaitent, à une montée rapide dans 2 cols, histoire de libérer un peu les chevaux ! Départ 9h

Il est aux alentours de 23h30 quand je vais me coucher après avoir bu un petit génépi en guise de facilitateur de digestion !

Wp 20170923 13 39 26 pro
Wp 20170923 12 12 23 pro
Wp 20170923 16 38 37 pro

Dimanche 24 Septembre

Le temps est nettement moins froid, un peu couvert, mais à priori sans risque de pluie.

Nous commençons à nous rassembler et nous sommes quelque uns à écouter Daniel nous expliquer comment, à force de livraisons nocturnes et clandestines de meules de Comté et d'Abondance et de pots de vin, il est devenu le maître de Bercy, et ce, quelque soit la couleur politique du ministre, ce qui démontre une certaine habileté, quand arrive, sur sa moto, l'air jovial et bien nourri, notre ouvreur, en la personne de Jean Michel. Il arrête sa moto et, tout d'un coup, ce visage poupin se crispe, un certain étonnement se lit dans son regard, puis de l'effarement, regard dont nous ne pourrons bénéficier qu'un instant, juste le temps de le voir disparaître sous la GSA qu'il vient de benner comme une bouse,  sans raison (ni dégâts) apparente. Ushe, entre deux rires, me confirma avoir noté, elle aussi, cette progressivité dans le changement du regard de notre ouvreur.

Bon, il est temps de partir. J'ai le GPS prêt (même si je me contente de suivre, j'aime bien voir le tracé se dérouler et puis, si nous ne faisons pas ça, c'est pas la peine que notre Daniel se décarcasse à les enregistrer et à nous les transmettre!!)

5km après le départ, mon GPS n'est plus d'accord avec la route prise mais bon, il y a pu avoir une erreur de balisage. Le problème, c'est qu'au fur et à mesure, mon GPS n'est plus d'accord du tout et cherche à me faire faire demi-tour. Nous allons continuer encore un peu avant …..de faire demi-tour !!

Nous apprendrons un peu plus tard et après quelques arrêts pour le recaler que le GPS de Jean Michel prenait quelques libertés, voire pas du tout le bon chemin !!

Ouh là, la !!!! C'est pas sa journée au Jean Michel !!!!

Avec tout ça, on a presque une heure de retard sur le timing ! Il était prévu d'arriver à midi pile au restau, histoire de ne pas finir trop tard pour les gens qui venaient d'un peu loin ! Ben c'est pas gagné !!

On va se faire quand même une jolie montée un peu saignante dans le col de la Ramaz, avec, au col, normalement, un panoramique énorme sur la chaîne du Mont Blanc. Malheureusement, le temps est très nuageux sur les sommets et nous ne verrons que les montagnes intermédiaires en passant. A ce propos, il est dommage que, lorsque nous nous sommes arrêtés sur un parking à 50m du sommet (Il n'y avait pas de place au col pour 35 motos), personne ne nous a indiqué que le panoramique sur la chaîne du Mont Blanc était à 3mn à pied. Certes, on ne voyait pas bien, mais il y avait de quoi faire des photos et surtout prendre le temps d'admirer le paysage. Je rappelle (je l'ai déjà dit) que je ne viens pas que  pour faire des kilomètres mais aussi pour découvrir un paysage que je ne connais pas, contrairement aux régionaux de l'étape !

 

Wp 20170924 09 23 48 pro
Wp 20170924 10 56 19 pro

Nous redescendons en contre bas pour la pause café et pour découvrir que notre président a pris un clou dans le pneu arrière. Il faudra l'assistance de plusieurs motards (un pour le kit de réparation, un pour le gonfleur branché sur la batterie, ben oui, c'est ça quand on est dans une grande écurie, chacun a un poste défini!!) pour réparer et permettre à notre Claude de repartir.

Comme je ne suis pas aux avants postes lors de la montée à Avoriaz et que les épingles à cheveux sont très gravillonneuses, je reste tranquille en montant cool.

Descente par une toute petite route aux virages couverts de sable, ce qui incite à la prudence, ma moto chassant de temps à autre (dans ma tête, je me dis que je ne vais peut être pas la mettre en l'air de nouveau. Un intervalle de temps aussi court entre deux plantages risquerait de paraître louche quant à ma capacité à rouler en moto!!)

Nous traversons le « village des chèvres » le bien nommé puisque la rue est occupée par un troupeau de chèvres qui, soient sont couchées en travers de la chaussée, soit se baladent et coupent la route de préférence à 5cm du pneu avant pour quémander de la nourriture aux touristes à pied !

(Nous en profiterons pour agrémenter les bouses de vaches de la veille par du crottin de chèvres !!!)

Donc, prudence !!!!

Arrivée à Morzine pour le repas des « au-revoir » dans un restaurant sympa qui a la particularité d'être à flanc de colline et dont le parking (en pente) est au pied du restau, l'entrée de la salle étant donc plus haut ce qui nous oblige à nous taper la valeur de 3 étages sur d'étroits  escaliers en fer avec casques et blousons,  avant de nous apercevoir, en arrivant devant l'entrée du restaurant, qu'il y a un parking (plat et vaste) juste devant, parking à priori connu de notre seul Daniel, puisque il fut le seul à se garer à cet endroit (c'est pas bien de faire ce genre de cachotterie, Rabbi Jacob!!!) !!!

Repas correct et à l'eau mais cette fois, l'eau est en bouteille et à discrétion.

Wp 20170924 11 03 41 pro
Wp 20170924 11 05 22 pro

Cérémonial des adieux (on se revoit à l'AG!!) et je quitte Morzine vers 15H. J'en profite pour faire quelques arrêts photos avant de rentrer sur l'autoroute.

Retour par le même chemin, le temps est doux et ensoleillé et à part la traversée de l'agglomération de Lyon assez chargée du fait des retours de week-end, pas de soucis particulier.

Je vais arriver vers 19h.

Voilà, le TMP en vallée d'Abondance est fini.Ce fut un super week-end.

Merci aux gentils organisateurs pour nous avoir baladé( au sens premier du terme!!) dans votre belle région.

J'espère avoir retranscrit avec la précision et l'honnêteté qui me caractérise ces bons moments de convivialité !!

Ah oui, au fait, c'est pas vrai, le coup de Johnny à GSTAAD, en fait c'est Lætitia en train d'étendre sa lessive qui nous a fait coucou !!

A bientôt les amis

 

Christian JOURNIAC

l'homme (!!) à la GS aux valises noires (je donne cette précision pour les participants qui ne me connaissent pas et qui peuvent se demander qui peut écrire autant de co……. (euh, bêtises!!!)

 

 

Christian JOURNIAC