Annecy : Le Vercors j'adooore ...

On m'a vu dans le Vercors ....

Groupe

 

Quel bel endroit ce Vercors. Son décor est un véritable trésor, et sous le marronnier de Rencurel, avec son hôtel éponyme, il est agréable de se retrouver à 800m d’altitude pour profiter d’un massif  qui fait le bonheur des motards. Les routes sont sinueuses et joueuses à souhait, particulièrement au cœur des gorges spectaculaires de la Bourne ou celles des Grands Goulets. Le plateau du Vercors nous fait découvrir ses grands espaces et sait nous révéler des routes atypiques comme celle qui domine Combe Laval taillée à même la falaise pour atteindre le col de la Machine, ou celle qui nous conduit de Choranche à Presles au-dessus de Pont-en-Royans.

 

Pontenroyan

 

Les routes ne manquent pas d’agrément, soit nous sommes secoués comme des pruniers avec un revêtement en tôle ondulée pour atteindre le col de la Bataille, soit nous profitons de longs tronçons recouverts de gravillons. De même lorsque nous débordons sur le Diois, par le col de la Croix, la route pétille également de gravillons comme pour nous faire un clin d’œil à la Clairette de Die (on roule comme on boit ce nectar, avec modération). A Barnave, nous découvrons une Auberge hors de grands axes, qui nous accueille dans la fraîcheur d’une cave, pour se restaurer dans une belle ambiance, avant de gravir le col de Pennes  (avec gravillons, car c’est l’une des options de la ballade) avant de rejoindre la vallée de la Roanne et rejoindre Die pour abreuver nos montures mécaniques.

Route
Graviers

 

Et voilà le régal du motard, la montée du col du Rousset avec ses 14kms de lacets, un macadam parfait qui nous hisse à 1254m d’altitude. Le col est une ligne de partage, au niveau de la végétation entre les Alpes du Sud et les Alpes du Nord. Après une journée à la chaleur estivale écrasante, la piscine de l’hôtel  s’offre à nous pour un rafraîchissement bien mérité, suivi d’une soirée tranquille sur la terrasse et une nuit réparatrice dans le calme du vallon de la Doulouche.. 

Roussert

 

Force est de constater que deux jours sont trop courts pour explorer la diversité de cet espace, néanmoins nous appréhendons tout le potentiel des ballades qui  s’offrent à nous pour revenir découvrir plus tard d’autres circuits. Une belle aventure, que nous devons à Georges et Chris, avec un hébergement au top pour le gîte et le couvert.

Alain LAFAVERGES 

 

 

Hotel

 

Les Savoyards

Vous devez être connecté pour poster un commentaire